nos amis a plumes  Index du Forum

FAQ | RECHERCHER | S'INSCRIRE | CONNEXION
nos amis a plumes
nos amis a plumes les oiseaux de jardin et de nos contree , pour toutes les personnes qui aimes les oiseaux , la nature et surtout soutenir l'asbl " sparrenhovrienden club " qui essaye de realiser le reve des enfants tres malades ( cancer, mononucleose
 

:: epeire description ::

 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet     nos amis a plumes Index du Forum - Autres Arthropodes - Arachnides
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Daffy
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2012
Messages: 276

MessagePosté le: Jeu 2 Fév - 17:58 (2012)    Sujet du message: epeire description Répondre en citant

Les épeires font partie de la famille des araneidae, le trait distinctif de cette famille étant la fabrication par ses membres d'une toile géométrique perpendiculaire au sol.

On trouve des épeires dans la nature mais tout autour de nos maisons, où comme les tégénaires elles profitent des angles, mais cette fois extérieurs, de nos constructions pour tisser leurs toiles. De plus ces araignées semblent avoir compris que la lumière émanant de nos demeures était elle aussi une bénédiction pour elle car elle attire de nombreux insectes nocturnes dans leurs pièges .

Ces araignées sont très belles et d'une taille respectable ( jusqu'à 5cm pour l'épeire angulaire) il en existe plusieurs sous-espèces. Citons par exemple l'épeire diadème facilement reconnaissable grâce à la triple croix blanche sur son abdomen, l'épeire fasciée dont le sien est orné de bandes jaunes argentées et noires, L'épeire soyeuse à large ventre festonné et argenté...

 
 
Épeire diadème  
Épeire soyeuse 
Épeire angulaire 
 
Les épeires de par leur nombre sont de précieuses auxiliaires pour l'homme car elles constitue un premier barrage aux insectes ayant des velléités d'envahir nos foyers, c'est ainsi que bon nombre de moustiques, taons et autres insectes nuisibles à l'homme sont éliminés par leurs bons offices.

L'épeire à l'instar du pholque ou de l'araignée des dunes a développé une parade pour échapper à ses prédateurs, elle se laisse tomber mollement de sa toile en se retenant par son filin de secours puis se roule en boule pattes repliées, (voir photo ci-contre). les épeires ne sont pas les seules à utiliser ce stratagème, certaines araignées de la famille des théridions ont le même mode de défense.

Les épeires sont de belles araignées que l'on trouve en abondance dans la nature et aussi en ville où elles profitent des constructions angulaires de l'homme telles que les panneaux de circulation ou les cadres de fenêtres, pour tisser leurs splendides toiles. Ce sont des araignées aussi fascinantes que fragiles qui réservent bien des surprises...
Quand on regarde une toile d'épeire on remarque en premier lieu l'extraordinaire complexité de l'œuvre, ce piège raffiné est composé d'une soie si fine qu'elle sait jouer avec la lumière pour devenir quasiment invisible. Le dessin de l'œuvre est lui bien plus révélateur des talents de l'épeire, en effet cette araignée sait tisser par dessus plusieurs rayons disposés avec une précision incroyable, un trait spirale venant diviser la toile en plusieurs rayons concentriques et équidistants. Le nombre de rayons varie selon l'espèce d'épeire qui a oeuvré, 21 pour l'épeire angulaire, 32 pour l'épeire fasciée, 42 pour l'épeire soyeuse.

 
 
Une toile de jeune épeire faite sur un fil à linge 
Spectacle assez rare, une toile d'épeire horizontale ! 


La précision de ce travail souvent effectué de nuit, sauf pour les plus jeunes spécimens, est surprenant pour l'observateur ayant des connaissances en géométrie, ce dernier ne pouvant manquer de remarquer que l'humble arachnide est capable de réaliser ce que l'on appelle une spirale logarithmique c'est à dire une courbe coupant obliquement, sous des angles de valeur constante, toutes les droites ou rayons vecteurs s'irradiant d'un centre appelé pôle. Le tracé des épeires est donc une ligne polygonale inscrite dans une spirale logarithmique.


En vérité l'épeire construit en fait deux spirales distinctes en tissant sa toile, la première n'est qu'un simple auxiliaire dont la fonction se limite à donner des points d'appui, l'araignée la construit avec une soie ordinaire, il part du centre où les rayons sont très serrés pour aboutir à la circonférence par des tours d'ampleur rapidement croissante, de cette première construction que l'on pourrait comparer à un échafaudage, ne reste une fois l'œuvre terminée que la partie centrale. Celle ci non composée de toile collante sert de reposoir et même de poste de garde pour deux épeires qui y passent tout leur temps; l'épeire fasciée et l'épeire soyeuse .

La seconde spirale tissée après coup constitue le réel dispositif permettant à l'araignée de se nourrir. En effet cette construction est constituée d'un fil différent parsemé de petites boules de colle organique. Selon J.H. Fabre le père de tous les entomologistes, si l'épeire ne se colle pas aux fils gluants de sa toile c'est grâce à une substance huileuse qui comme tous les corps gras neutralise l'adhérence. Cet autre talent de l'épeire a été découvert par Fabre à travers toute une série d'expériences.

Quand un insecte vient s'y empêtrer, l'épeire toujours reliée à sa toile par un fil sent cette dernière vibrer et va après avoir localisé l'endroit exact ou se débat la proie la mordre et l'engourdir grâce à son venin. C'est alors que l'épeire va tourner le dos à sa victime et s'en saisir par les pattes arrières en la faisant tournoyer sur elle-même, en même temps elle dévide sur l'infortunée une soie très compacte en larges rubans la transformant en un cocon. Puis elle part dans sa retraite savourer son festin à la façon de la plupart des araignées, c'est à dire en transformant l'intérieur de sa victime en une soupe par l'injection de sucs digestifs.

La toile est souvent détruite lors de cette opération, c'est pourquoi la nuit venue, ou même la journée, l'épeire sort de sa cachette pour détruire cette toile abîmée en le roulant en boule qu'elle régurgite pour recycler les précieuses protéines qui la constitue. Puis elle reconstruit sa nouvelle toile.La reproduction des épeires n'a rien en commun avec celle des tégénaires si ce n'est la copulation qui fonctionne sur le même principe (cf. reproduction) L'épeire mâle pour arriver à ses fins doit ici user d'un subterfuge en offrant un insecte à la femelle, ce cadeau servant à endormir la méfiance de la belle pour pouvoir l'approcher.

Quand le moment de la ponte des oeufs arrive, la femelle va déposer ceux-ci dans un cocon gros comme un oeuf de pigeon composé de deux soies différentes l'une rousse et délicate servant à garder la chaleur autour des oeufs et l'autre qui la recouvre, à préserver le précieux contenu de l'humidité, ce nid dont la finesse varie selon l'espèce d'épeire qui l'a tissé, restera livré à lui-même car la femelle après avoir dépensé toute sa soie pour le réaliser va se laisser tomber de sa toile pour mourir en quelques jours sur le sol terrassée par l'épuisement de ses forces et du précieux produit.

En effet, l'épeire est une espèce annuelle qui ne survit jamais à sa couvée, contrairement à la tégénaire qui rappelons-le peut vivre quatre ans.

Les araignées ont pour vocation de se disséminer, le but suprême quoique inconscient de chaque famille et espèce d'araignées est de conquérir le plus de territoires possibles pour assurer la survie de leurs espèces. Pour arriver à cette fin, les épeires ont développé une tactique très élaborée.

Quand les jeunes épeires percent le cocon surgissant dans le monde sous la forme d'une nuée de minuscules individus, leur premier réflexe sera de monter sur une tige ou sur une autre perche et de sécréter un long fil de soie qui tel un cerf-volant partira dans le ciel mais ici en emportant celle ou celui qui le tient. C'est ainsi que ces jeunes araignées peuvent parcourir plusieurs kilomètres avant de retomber sur la terre ferme près de l'endroit où ils bâtiront leurs toiles, d'année en année, d'envol en envol, les épeires gagnent par ce moyen de nouveaux territoires.
 
Essaim d'épeires sur le point de prendre leur envol

 
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 2 Fév - 17:58 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
TOINOU


Hors ligne

Inscrit le: 01 Fév 2012
Messages: 58
Localisation: Hauts Cantons de l'Hérault

MessagePosté le: Jeu 2 Fév - 19:30 (2012)    Sujet du message: epeire description Répondre en citant

Très intéressant à savoir, MERCI, l'ami, désormais je pourrai " mettre" une plus large information sur sa vue. Okay Okay
_________________
Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine...Mais pour l'univers je n'ai pas de certitude absolue.....


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Alain 34
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2012
Messages: 233
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Ven 3 Fév - 10:34 (2012)    Sujet du message: epeire description Répondre en citant

c'est vrai que la connaissance apporte un plus à la rencontre d'un animal

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Daffy
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2012
Messages: 276

MessagePosté le: Ven 3 Fév - 12:10 (2012)    Sujet du message: epeire description Répondre en citant

surtout que ces petites betes nous font souvent peur .mais en apprenent a les connaitre nous voyons qu'ils nous sont fortement utile

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:09 (2018)    Sujet du message: epeire description

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet     nos amis a plumes Index du Forum - Autres Arthropodes - Arachnides Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème Onyx© modifié par Valentin TESSIER - 2010
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com